A la Une de la PCV

Lucas Riou au finish pour une victoire en individuel sur les Challenges du CIF !

Publié le 15 septembre 2014 0 commentaires

Après la journée de samedi qui avait vu la victoire de l'équipe départementale aux Challenges du CIF, nous retrouvions nos coureurs pour une deuxième journée de compétition hier : avec les 3 et juniors, les écoles de vélo, puis les minimes et cadets.

 

En 3, sur une course très difficile tactiquement, la victoire se joue entre plusieurs échappées, Julien Grosjant réalisant un beau sprint à l'avant du peloton pour s'octroyer la cinquième place. Thibaut Madorre termine 51ème, Cédric Herledan 73ème, et Alexandre Moreno 98ème.

 

Julien, cinquième en 3 !

 

Le midi, les écoles de vélo envahissaient littéralement le circuit de l'autodrome, pour nous offrir de belles épreuves. En benjamins, la course fut rythmée, et Ghislain, Hugo, Théo et Christopher terminaient au-délà de la 40ème place. En pupilles, Giovanny et Mathis s'accrochent et terminent aux 26 et 31ème place. Robin se classant 49ème et Raphael 55ème. Puis, les poussins clôturaient les épreuves : quelle victoire de Lucas qui s'impose au terme d'un sprint disputé à la Pédale !!! Bravo ! Mélaine termine 26ème, la PCV 16ème au classement par équipe.

 

Lucas, au contrôle dans le groupe de tête !

 

A 13h30, les minimes s'élancaient. Steeve tient le peloton et termine 35ème, Antoine 61ème et Allan 67ème. Avant de clotûrer avec les cadets, et la très belle échappée de Thomas, lancée dès le départ ! Il tiendra trois tours seul à l'avant... Paul est 29ème, Matisse 30ème, Valentin 37ème, Tristan 39ème et Thomas 66ème, la PCV se classant 9ème par équipe.

 

Thomas, à l'attaque dans la côte Lapize !

 

Lumière sur ...

Paris - Toulouse, enfin presque

Publié le 30 août 2014 0 commentaires
Après Lyon en 2013, Toulouse cette année. Cinq étapes sont prévues à travers les régions Île-de-France, Centre, Bourgogne, Auvergne, Limousin et Midi-Pyrénées. Hélas, quelques aléas médicaux nous ont empêché de mener à bien l'ensemble du parcours.
 
10/08/2014 - Saintry-sur-Seine > Varennes-Vauzelles (222.0km – 9h36 – 1747m D+)
Le réveil sonne à 5h30. Il fallait partir tôt en ce dimanche pour éviter au mieux les averses et couvrir les 222km qui nous séparent de Nevers. La pluie tente une timide apparition lors du petit-déjeuner, le temps de tremper la route. Quelques instants après le lever du soleil les vélos s'animent enfin. Lestés de nos bagages pour la semaine, nous longeons la Seine où quelques pêcheurs sont en poste depuis l'aube. Le silence est maître, la nature qui s'éveille nous impose de passer sans un bruit. Aussi, conscients que la pluie, le vent et les kilomètres éroderont nos forces dans les prochaines heures, nous entamons un contre-la-montre avec les éléments. Devancer la pluie et la fureur du vent. Hélas, on ne gagne que trop rarement lorsque l'on se dirige vers le sud. Quelques gouttelettes s'abattent en Seine-et-Marne et dans le Loiret où nous nous restaurons à Château-Renard après une centaine de bornes. En revanche, nous traversons l'Yonne sous la pluie. Quelques forêts, quelques bosquets nous protègent des rafales mais rythment aussi les premiers reliefs. La baignade initialement prévue au Lac du Bourdon est annulée, le K-Way étant de rigueur. La pluie offrant toutefois la vertu d'apaiser les crampes naissantes. Le convoi poursuit sa route prudemment dans la Nièvre où le mauvais temps laisse place peu à peu à un soleil franc. Mais les forces s'épuisent au fur et à mesure contre le vent. Les dernières bosses sont passées difficilement. Une dernière averse salue notre arrivée au domicile du grand-père d'Adrien où nous sommes hébergés pour la nuit.
 
Pause déjeuner à Château-Renard dans le Loiret
 
11/08/2014 - Varennes-Vauzelles > Montluçon (107.2km – 4h14 – 974m D+)
Après une bonne nuit réparatrice et un déjeuner, nous reprenons la route vers Montluçon, plus petite étape du périple. Le grand-père d'Adrien nous guide en voiture à travers Nevers jusqu'à rejoindre la campagne. Le reste de l'itinéraire est laissé à notre discrétion. Après la Loire, nous longeons l'Allier. L'occasion de découvrir Apremont-sur-Allier, un des plus beaux villages de France. Nous quittons la vallée, et commençons à progresser dans une suite de toboggans dont les paysages rappellent ceux de la Normandie. A la faveur d'une descente, nous entrons en Auvergne. Une carte touristique fait état d'un vélodrome sur la prochaine localité à Lurcy-Lévis. Par chance les grilles sont ouvertes ! Nous nous offrons deux tours de piste avant d'apprendre que nous roulions dans le sens inverse. Mais pas le temps de nous attarder, la réhabilitation attendra. Les reliefs se font par la suite plus pressants, plus réguliers. Nous arrivons sur Hérisson, beau petit village dominé par un château en ruine depuis plusieurs siècles. Nous naviguons sur le plateau avant de basculer dans la vallée du Cher où nous passerons la nuit à Montluçon.
 
Ruines du château de Hérisson dans le Bourbonnais
 
12/08/2014 - Montluçon > Tulle (173,1km – 7h21 – 2077m D+)
Une nouvelle journée chargée débute ce mardi. Les 174km séparant Montluçon de Tulle ne sont pas tout plat et pas moins de 2000m de dénivelé sont programmés. Nous sommes plongés dans l'ambiance dès la sortie de la ville avec une côte sévère qui affiche par endroit 15%. Les routes sont assez monotones les 80 premiers kilomètres. Cela consiste à enchaîner les bosses et les faux plats. Seuls le passage de plusieurs Mirages 2000 et la plongée vers le village de Chambon-sur-Voueize offrent de relatives distractions. Nous pénétrons dans le Parc Naturel de Millevaches à l'instant où nous arrivons sur Felletin, village aux origines médiévales. Le cadre est parfait pour se restaurer. Nous nous posons dans un parc juxtant l'église. Puis nous prenons à nouveau de l'altitude, jusqu'à 910m, à l'occasion d'une belle ascension. Sur le haut du plateau, le vent souffle et la fraîcheur se fait sentir. Les paysages sont différents de ceux de la matinée, ils semblent être moins aménagés, plus reculés. En quelques kilomètres nous passons non loin des sources de la Vienne et de la Corrèze qui s'écoulent respectivement vers la Loire et vers la Dordogne. Nous apercevons à plusieurs reprises des biches. L'une d'elles s'aventure sur la chaussée juste devant nous. Une dernière montée est nécessaire avant de basculer vers Tulle où une descente plus ou moins abrupte nous occupe les 35km suivants. Nous gagnons l'hôtel pour la nuit.
 
Paysage du Limousin
 
13/08/2014 - Tulle > Cahors
Malheureusement les douleurs au genou pour Adrien ressenties la veille se confirment. Les passages les plus abrupts dès la sortie de la ville sont trop compliqués à négocier, et il est impossible de pédaler en danseuse. Le diagnostique est évident : tendinite. Demi-tour au bout de 8km, direction la gare de Tulle où nous réfléchissons à la suite des opérations. Nous gagnons Brive-la-Gaillarde par le train, où nous déjeunons puis Cahors en fin d'après-midi comme prévu. La déception est grande de ne pas boucler le Paris - Toulouse dans sa totalité. Après une visite du centre de Cahors et de son fameux pont Valentré, il est décidé de tenter de rallier Toulouse en vélo.
 
Un peu de réconfort pour faire passer la déception
 
14/08/2014 - Cahors > Toulouse (119,7km – 4h59 – 1173m D+)
Nous nous présentons à la pharmacie la plus proche dès son ouverture. Anti inflammatoires à haute doses pour tenter de soulager le genou d’Adrien. Le temps de laisser agir et de prendre le petit-déjeuner, la dernière étape débute jeudi vers 11h00. La sortie de Cahors est agréable mais très vite les reliefs sont de retour. Rarement plus de 4%, mais le genou souffrant est déjà à la peine. Au bout de 15km, la pluie qui revient nous pousse à s'arrêter et s'interroger sur la suite. Une fois calmée, nous traversons les paysages grandioses du Lot, où des villages sur les collines au loin semblent être noyés sous les intempéries. Pour mettre fin au calvaire, il est décidé que nous nous séparons à Puylaroque. Adrien gagne la gare de Caussade et Guillaume s'embarque en solitaire pour les 90 derniers kilomètres après que nous ayons pris le soin de se répartir le nécessaire en cas de crevaison. Le profil est favorable pendant une bonne vingtaine de kilomètres avant d’attaquer une nouvelle ascension, sous la pluie. Le K-Way, rangé à porté de main, est sollicité une dernière fois. Les panneaux routiers indiquent que Toulouse se rapproche, mais la ville rose reste toujours invisible. Sans doute cachée derrière une colline. Un ultime effort, avec un vent toujours omniprésent. Les routes de campagnes vallonnées laissent places aux boulevards à l’entrée de la ville. Les derniers kilomètres sont effectuées prudemment jusqu’au domicile d’un ami, où nous sommes accueillis pour quelques jours.
 
La place du Capitole de la ville rose
 
Bilan du voyage
 
622km parcourus (155.5km par jour en moyenne)
26h07 de vélo (6h32 par jour en moyenne)
5970m de dénivelé positif cumulé (1492m par jour en moyenne)
23,8km/h de moyenne générale
 
Tracé du Paris - Toulouse
 
Profil du Paris-Toulouse
 
Vidéo du Paris - Toulouse